Rechercher
  • Esther Brelet

Les bienfaits de la respiration

Nous respirons tous, sans y réfléchir à chaque inspiration. Pourtant, la respiration est le seul processus physiologique géré par le système nerveux autonome que nous pouvons contrôler. Le système nerveux autonome fonctionnant automatiquement, sans effort conscient.


Quand nous naissons, nous respirons par le ventre, avec une respiration abdominale ou ventrale, mettant en jeu le diaphragme. En grandissant, nous perdons cette respiration pour une respiration thoracique. La respiration abdominale est pourtant intéressante car elle permet une meilleure oxygénation des cellules et du cerveau. De plus, associée à certains rythmes respiratoires, elle peut permettre de se calmer ou se détendre, ou bien au contraire de s’activer, se motiver.


Respiration abdominale

  • La respiration abdominale ou ventrale

Pour adopter une respiration abdominale, il suffit d’inspirer par le nez en gonflant le ventre, comme si vous aviez un ballon dans votre ventre. Puis d’expirer par la bouche en dégonflant le ventre, en dégonflant le ballon. Pour commencer, je conseille de poser ses mains sur le ventre pour bien sentir ses mouvements à l’inspiration et l’expiration.


Cette respiration abdominale peut être faite allongé, assis ou debout.


Pour les enfants, cet exercice peut être fait allongé, avec un bateau en papier sur le ventre. Et on imagine qu’en inspirant et expirant, on reproduit le mouvement de la mer et le bateau bouge en conséquence.


Respiration abdominale bienfaits

  • Calmer le stress ou l’anxiété avec la respiration

Comme je l’ai écrit en introduction, la respiration ventrale associée à certains rythmes respiratoires peut permettre de se détendre, de se calmer, de se relaxer.


La respiration abdominale, en mettant en jeu le diaphragme, va masser le plexus solaire. A cet endroit se situe une sorte d’interrupteur entre notre système nerveux sympathique et notre système nerveux parasympathique. Le premier, le système nerveux sympathique, est celui qui s’active en cas de stress ou d’anxiété. Il nous prépare à l’action, à faire face. Le deuxième, le système nerveux parasympathique, est celui de la détente. Et nous pouvons l’activer comme, ou presque, en appuyant sur un interrupteur grâce à la respiration ventrale. Cela sera d’autant plus le cas en y ajoutant un rythme respiratoire particulier : il s’agit alors d’inspirer sur 4 temps par le nez en gonflant le ventre, puis d’expirer par la bouche sur 6 temps en dégonflant le ventre. Au bout de quelques minutes de pratique, un état de détente s’installe. Cela permet au moins de calmer le rythme cardiaque et la tension artérielle. Le cœur bat moins vite. Certaines personnes sentent aussi leur boule au ventre se dénouer, leurs épaules se relâcher.


Cette détente physique amène ensuite une détente psychique. Le cerveau, recevant les informations suite à cette respiration ventrale, s’apaise à son tour : le niveau de stress ou d’anxiété diminue, les pensées négatives se dissipent et le calme s’installe.


Cette respiration peut aussi être utilisée pour favoriser l’endormissement.


Il est conseillé de s’entraîner avec cette respiration ventrale lors de moments calmes afin de l’utiliser plus facilement dans des moments de stress ou d’anxiété.

1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout